Past. Pascal LAJOUX

Fils unique, je viens d’une famille de tradition catholique. Mes parents, restaurateurs, n’avaient pas le temps d’avoir une vie d’église. Ils gardaient cependant une certaine déférence envers leurs habitudes religieuses. En conséquence, à l’âge de 8 ans, je me retrouvais à « faire mon catéchisme » où je fis une sincère rencontre avec mon Dieu. Celle-ci laissa des traces indélébiles dans mon cœur. Cependant, adolescent je ne continuais pas dans cette direction, faisant toutes sortes d’erreurs peu glorieuses. Pendant mes études universitaires en biochimie, qui m’éloignèrent encore plus de mon expérience d’enfant,  je fus très troublé par l’absence d’honnêteté intellectuelle de ceux qui nous enseignaient : un professeur nous expliqua qu’aucune preuve expérimentale n’a jamais démontré la théorie mutationniste. Il marqua un temps d’arrêt puis repris son enseignement, non fondé, sur la théorie de l’évolution.

C’est alors que le cuisinier du restaurant de mes parents se convertit. J’avais 19 ans. Là, devant mes yeux, en quelques jours, je ne le reconnaissais plus. Sa vie avait complètement changée. Il parlait sans cesse de Dieu. Nos longues discussions dans la cuisine du restaurant, seul endroit tranquille, furent acharnées. Les arguments fusaient entre nous. Pendant 2 ans, la situation n’évolua pas, à vision humaine. Néanmoins, dans le secret de mon cœur, il y avait ce besoin de connaître la motivation d’une si grande foi. En même temps, ce Dieu dont on niait l’existence à chacun de mes cours, m’intriguait de plus en plus.

 

Cet été 1986 fut décisif. Les vacances finissaient et l’une de nos longues discussions se termina par cette phrase un peu agacée : « Pascal, je te parle du Seigneur depuis tout ce temps va donc te rendre compte par toi-même ». Je le fis par curiosité. Je désirais relever le défi. J’allais donc à ma première réunion ce 25 Août 1986. J’entrais dans cette petite salle de l’assemblée de Saintes, toute en couloir, aux néons blafards qui n’avait vraiment rien pour m’attirer. Pourtant, je ressentis cet Amour de Christ, jamais expérimenté dans la religion. Il était palpable et je buvais cela comme un homme sorti d’une longue traversée du désert. J’étais étourdi tellement cela me frappa. Mon seul désir était de posséder cet Amour qui me manquait tant. Je m’assis pour entendre la prédication et c’est tout naturellement que je me levais à l’appel, convaincu de péché. Lors qu’on m’imposa les mains ce fut comme si je quittais un vieil habit. Je me rends compte maintenant que les mots sont bien faibles dans ces instants là. Le Dimanche suivant, j’annonçais à mes parents que j’allais au culte. Après 10 ans d’athéisme, ils eurent un choc. Ma mère qui me connaissait bien, pronostiqua « un retour à la normal » au bout de trois mois ; le temps de faire le tour de cette nouvelle « lubie ». Elle m’avait vu tant de fois ne pas aller jusqu’au bout de mes entreprises.

 

Vingt quatre ans après, je suis resté attaché au Seigneur et je ne regrette toujours pas la décision  prise ce jour là. Il a été fidèle à chaque instant. J’étais fils unique, maintenant je fais parti d’une grande famille. Je manquais d’Amour mais Dieu me comble jour après jour. Dieu me garda de situations périlleuses que j’ai rencontrées sur les routes. Jamais il ne m’abandonna, renouvelant sans cesse ses promesses, n’oubliant jamais de les exaucer.

Il m’appela deux ans après ma conversion à le servir. En même temps, il me fit rencontrer ma future épouse de manière miraculeuse. Tout était réuni pour que nous entrions à son service. Nous nous tenions dans la prière, ayant répondu au « Qui enverrai-je ? ». Il nous manquait l’ordre du Seigneur : « Va ». Cela pris 15 ans.

Ce temps nous l’utilisions à nous rendre utile dans notre église de Niort (79) puis de Nantes (44), auprès des enfants et de la jeunesse. Puis vint le temps de l’école biblique et de la formation pratique sur l’église de Décines.

Nous servons maintenant le Seigneur dans l’église de Vitrolles (13) depuis le mois de Septembre 2012. Nous réalisons qu’il est encore et toujours le Dieu des miracles.


Partager sur les réseaux sociaux